thematic
 ACCUEIL
 LISTE DE DIFFUSION
 MENTIONS LEGALES
 ARCHIVES / N°
Reseaux74
 PRÉSENTATION
 Réseaux74

 La publication "technique/spécialisée" du CITIC 74 (Centre de l’Informatique et des TIC de Haute-Savoie).

 RÉSEAUX74

 Éditorial
Bienvenue à tous ceux qui pensent que Libre et TICE devraient toujours aller de pair !


 LinuxEdu 2003
Allegetice


 LinuxEdu 2003
FREEDUC-CD, GNU/Linux pour enseigner : trop simple !


 LinuxEdu 2003
Slaes


 LinuxEdu 2003
Logiciels Libres et Éducation : pourquoi ils vont si bien ensemble


 LinuxEdu 2003
Lcs


 LinuxEdu 2003
SambaÉdu


 LinuxEdu 2003
EVA, un modèle de site web sous SPIP


 LinuxEdu 2003
Léa


 LinuxEdu 2003
Nouvelle version d’AbulÉdu, solution logicielle libre pour les écoles


 LinuxEdu 2003
Eole


 LinuxEdu 2003
Wims


 LinuxEdu 2003
Les Logiciels Libres dans l’Éducation Nationale


 LinuxEdu 2003
L’association GUTenberg


 LinuxEdu 2003
Sesamath


 LinuxEdu 2003
Le Cartable Electronique


 LinuxEdu 2003
Framasoft


 LinuxEdu 2003
Conclusion


TÉLÉCHARGEABLE
(Format PDF - 816.3 ko)


RÉSEAUX74 > 2003 > N°16 Juin 2003 >

LinuxEdu 2003
Les Logiciels Libres dans l’Éducation Nationale

La Mission Veille Technologique du SCEREN (CNDP) a en charge le dossier des logiciels libres au sein de l’établissement. Les logiciels libres connaissent un développement significatif dans le système éducatif, à l’instar de ce qui se passe d’une manière générale dans les administrations et les entreprises. Ils constituent une solution alternative de qualité, et à très moindres coûts, pour les établissements scolaires, dans une perspective de pluralisme technologique [1]. Leurs enjeux sont multiples. Et la question du degré de transférabilité de leur approche à la production des ressources éducatives est désormais posée.

LES JEUX EDUCATIFS

Les enjeux sont d’abord financiers. Est-il vraiment pertinent d’acheter cher ce que l’on peut avoir gratuitement ou à très moindre prix ? La situation de l’informatique grand public n’est pas satisfaisante. Une logique de péage s’y est mise en place. Les comptes d’exploitation de Microsoft pour l’année 2000 ont fait apparaître un chiffre d’affaires de 186 milliards de francs et un bénéfice net de 53 milliards de francs. Dans un document remis par Microsoft à la SEC (Securities and Exchange Commission), on a appris que l’éditeur avait réalisé, au premier trimestre 2002, 86% de marge sur la vente de ses systèmes d’exploitation pour PC (Décision Micro & Réseaux du 25 novembre 2002) : 2,89 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 2,48 milliards de dollars de bénéfices. Ce n’est donc pas Office qui lui rapporte le plus, mëme si la division Information Worker (qui regroupe les logiciels bureautiques) a généré dans le mëme temps 1,88 milliard de dollars de bénéfices pour un chiffre d’affaires de 2,39 milliards de dollars. De tels chiffres sont inconnus des autres secteurs d’activité : il s’agit d’une véritable situation de rentes.
Les économies ne se font pas qu’à l’achat. Une des questions centrales du déploiement des ordinateurs dans le système éducatif est celle de la compétence humaine de proximité. La qualité des systèmes libres, qui résulte de leur mode de développement analogue à celui de la recherche scientifique, permet de dégager du temps aux gestionnaires des parcs de machines, qu’ils consacrent à l’évolution des salles, à l’aide à leurs collègue...
Les licences afférentes aux logiciels libres permettent aux élèves et aux enseignants de retrouver leurs environnements de travail à leur domicile sans frais supplémentaires, assurant ainsi une égalité de tous.
L’apprentissage de notions, et non pas de recettes, fait l’unanimité chez les pédagogues. Il suppose un contexte de diversité et de pluralisme scientifique et technique. Dans les sections où l’informatique est objet d’enseignement, la compréhension des concepts et de l’intelligence des systèmes ne va pas sans un accès aux codes sources.
Les logiciels libres bénéficient d’un accueil favorable et d’un capital de sympathie auprès des enseignants. En effet, la "philosophie" du libre est en phase avec la culture et les valeurs de la profession : libre accès aux savoirs, partage et diffusion à tous de la connaissance. La part relative de l’immatériel dans la création des richesses ne cesse de croître. Les tentatives d’inclure l’éducation, la santé, la connaissance et la culture dans la sphère des services marchands se multiplient. Le modèle des logiciels libres est bien au coeur d’enjeux majeurs, et point d’appui pour les espaces public et associatif.

L’EXISTANT

Dans le cadre du schéma SIIEE (Services Internet/Intranet des Etablissements scolaires et des Ecoles), les académies se tournent essentiellement vers des solutions libres tournant sous Linux et issues du "sérail" (SLIS, PingOO, EOLE, SambaEdu). Le schéma directeur des Environnements Numériques de Travail souligne la nécessité de standards ouverts pour assurer l’interopérabilité : des solutions libres sont les plus pertinentes. Le pluralisme technologique commence à exister pour le poste de travail, notamment avec OpenOffice. Dans son action d’information, la mission veille technologique du SCEREN (CNDP) a mis en place un groupe qui recense, examine et documente l’offre logicielle pédagogique libre existante [2]. A partir de ce travail, la société Logidée a réalisé la Débian Éducation. Le Conseil Général de Seine et Marne, qui l’a financée, va l’installer sur tous les ordinateurs des collèges du département (en double amorçage). Un cédérom multiplateforme, Windows notamment, de logiciels pédogiques libres pour l’école primaire est en cours de co-édition par les CRDP de Lille et Paris.

LES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

Une étude réalisée en 2001 pour le CNDP par l’OTE (Observatoire des Technologies Educatives en Europe) sur la consultation des sites webs éducatifs par les enseignants a montré qu’arrivaient en tëte les sites des associations, puis les sites personnels, les sites institutionnels (ministère, académies, CNDP, CRDPé) et loin derrière ceux des majors de l’édition (Vivendi et groupe Hachette). Il y a des auteurs par milliers. L’opportunité est bien réelle pour le service public de nouer des partenariats d’un nouveau type avec des droits de propriété intellectuelle non exclusifs, s’appuyant sur les innombrables réalisations personnelles et associatives des enseignants, associant les collectivités locales et les éditeurs scolaires traditionnels, dans une espèce de "Napster éducatif" de producteurs de contenus.
Ainsi, Sésamath, association de professeurs de mathématiques de collège, et le CRDP de Lille ont uni leurs efforts. Les ressources pédagogiques produites par l’association sont accessibles librement et gratuitement sur Internet, et donnent lieu parallèlement à l’édition de cédéroms et de manuels commercialisés par le CRDP.

UN PÔLES DE COMPRÉTENCES

La création, début 2002, du pôle de compétences logiciels libres du SCEREN s’est inscrite dans la continuité de l’action menée par la mission veille technologique du CNDP et les CRDP. Elle a correspondu à l’entrée dans une phase nouvelle du développement des logiciels libres dans l’Éducation Nationale. Le pôle logiciels libres regroupe à l’heure actuelle dix CRDP (Amiens, Bordeaux, Caen, Créteil, Lille, Nancy-Metz, Paris, Poitiers, Toulouse, Versailles). Ses objectifs sont les suivants : fédérer les initiatives et les énergies, de manière à leur donner plus grandes visibilité et efficacité ; poursuivre, en l’étendant, l’action d’information de la communauté éducative dans son ensemble (articles, organisation et interventions dans des séminaires et des colloques), afin d’aider les uns et les autres à se faire leur opinion, notamment dans la perspective des choix qu’ils ont à faire et des décisions qu’ils ont à prendre ; coordonner les actions de conseil, d’aide, d’expertise et de réalisation. Une liste de diffusion dédiée (logiciel-libre-cndp@listes.tice.ac-caen.fr) [3] permet aux centres et aux enseignants impliqués de communiquer ; échanger et travailler ensemble.

Jean-Pierre ARCHAMBAULT,
SCEREN (CNDP) Mission Veille Technologique.

[1] Voir l’accord-cadre signé par le Ministère de l’Éducation Nationale et l’AFUL (Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des logiciels libres) en octobre 1998, et reconduit depuis lors.

[2] http://logiciels-libres-cndp.ac-versailles.fr/

[3] Pour s’y abonner, il suffit d’aller à l’adresse suivante :
http://listes.tice.ac-caen.fr/cgi-bin/mailman/listinfo/logiciel-libre-cndp/

 ACTUALITÉ
 SITES RÉFÉRENCÉS
 Mozilla

 Ensemble de logiciels internet comprenant entre autres un navigateur web et une application de messagerie électronique (e-mail)...

 Premier Ministre

 Fil RSS du site web

 Solutions Linux

 Le Salon des Solutions GNU/Linux, Open Source et Logiciels Libres. CNIT, Paris la défense...

Copyright © 2005 Centre de Ressources Informatiques de Haute-Savoie - webmaster@thematic74.fr
Site web entièrement basé sur SPIP, logiciel libre de gestion de contenu collaborative.