thematic
 ACCUEIL
 LISTE DE DIFFUSION
 MENTIONS LEGALES
 ARCHIVES / N°
Reseaux74
 PRÉSENTATION
 Réseaux74

 La publication "technique/spécialisée" du CITIC 74 (Centre de l’Informatique et des TIC de Haute-Savoie).

 RÉSEAUX74

 Réseaux74
Éditorial


 PingOO V3 à Solutions Linux
Un succès qui ne se dément pas


 Point-Libre
Le premier espace public numérique libre


 Linux se déploie
Les écoles de la circonscription de Rumilly passent en Mandrake 9.2


 LinuxEdu 2004
Réservez la date !


TÉLÉCHARGEABLE
(Format PDF - 658.3 ko)


RÉSEAUX74 > 2004 > N°19 Mars 2004 >

Linux se déploie
Les écoles de la circonscription de Rumilly passent en Mandrake 9.2

Il était une fois un Animateur Informatique bien déterminé à déployer Linux dans les écoles de sa circonscription. Voici l’histoire de Wilfrid Pochat et d’une joyeuse invasion de pingouins à Rumilly !

Cela faisait quelque temps déjà que le groupe de travail réunissant les 13 AI de Haute-Savoie réfléchissait à l’introduction de Linux dans les postes de travail des écoles : technologie sécurisée, fiable et robuste, aujourd’hui à la portée de l’utilisateur néophyte grâce à des interfaces conviviales et intuitives et une procédure d’installation simplifiée ; une offre logicielle de plus en plus riche et adaptée aux besoins pédagogiques ; une économie non négligeable au regard des petits budgets des communes leur permettant de doter les écoles de plus de postes ; et, surtout, des valeurs en complète harmonie avec celles prônées par l’Éducation Nationale. Mais c’est l’arrivée de Windows XP qui a précipité les événements. Cette dernière version s’est en effet révélée trop fermée, trop symbolique du monopole de la firme. Le système d’activation à distance nécessaire pour utiliser la machine n’offre guère de garantie sur la réelle sécurité des informations transmises depuis les postes clients. Et si l’utilisateur souhaite changer des composants, il est obligé de communiquer les nouvelles informations le concernant à l’entreprise pour recevoir une autre clé d’activation. Ce système qui pourrait être pratique en théorie n’est en fait guère apprécié par les utilisateurs qui ne savent pas ce qu’il est fait de leurs données.

REFUSER D’INSTALLER DES POSTES XP, D’ACCORD !
MAIS QUELLE ALTERNATIVE CHOISIR ?

L’alternative Mac ? Techniquement intéressante, elle est cependant très coûteuse puisqu’elle bouleverse la totalité du parc informatique en place et entraîne des investissements hors de prix pour les écoles.

L’alternative Microsoft, avec la licence Windows 98 deuxième édition ? Oui, mais encore faut-il que les sociétés d’informatique continuent à la proposer ! Certaines le font encore, mais cette solution n’a guère d’avenir.

L’alternative Linux ? Les AI, et Wilfrid en particulier, la connaissent depuis 1998. Ils ont vu, et apprécié, le grand élargissement de l’offre logicielle et la simplification technique tant attendue permettant aux enseignants et aux élèves de se l’approprier en douceur. Et c’est pour ces deux raisons que Wilfrid a pu mener à bien son projet. Aujourd’hui, il est possible de déployer des postes sous Linux de manière simple, tout en permettant à l’enseignant et à l’élève d’être immédiatement opérationnels. Wilfrid a demandé au préalable à deux de ses collègues de tester la nouvelle solution proposée, au sein même de l’inspection de Rumilly. Ils ont commencé par les outils de base : suite bureautique, logiciel de retouche d’images et navigateur, installés sur une Mandrake (distribution qui comprend un système d’exploitation Linux ainsi que toutes les applications habituelles, telles qu’une suite bureautique, un navigateur, un outil de messagerie, et bien d’autres encore). Les utilisateurs témoins avouent que c’est l’incompatibilité entre les documents issus respectivement des suites bureautiques Open-Office.org et Microsoft qui leur a posé le plus de problèmes dans leurs échanges externes, jusqu’à ce qu’ils prennent le réflexe de transformer leurs documents en formats compatibles (DOC, RTF, PDF). Mais ces quelques désagréments n’ont pas tenu longtemps face à un argument de poids qui les laisse encore stupéfaits : Linux est insensible aux virus ! Cette absence de virus conforte également Wilfrid dans son choix, puisqu’elle lui a permis de remporter haut la main le pari de la fameuse disponibilité : condamnés à « dépanner » les postes infectés de virus, les Animateurs Informatiques doivent bien souvent laisser de côté leur véritable métier pour se transformer en techniciens-hot liner à plein temps. En les déchargeant de cette activité vaine et coûteuse, Linux permet aux AI de se concentrer sur leurs activités pédagogiques en toute sérénité.

Cette première expérience a été validée par l’Inspection Académique qui a donné son accord pour un déploiement plus large, et c’est la distribution Mandrake qui a été choisie pour équiper les sites : un produit français (pas de chauvinisme exacerbé chez notre AI, mais la reconnaissance d’un indépendant français), et un aspect « sympathique », sont autant d’arguments qui ont plaidé en faveur de cette distribution.

LES RÉSULTATS DE LA MIGRATION

Il est encore trop tôt pour évaluer les effets de ce déploiement à peine commencé. Mais les principaux concernés, les écoles de Moye, de Marigny-St-Marcel et de Seyssel, ne semblent pas mécontents ! À Moye, la superbe salle informatique dans laquelle trône un PingOO V3 tout neuf, propose une douzaine de machines en « double boot » : les enseignants ont encore le choix entre deux systèmes d’exploitation (Linux ou Windows). Le directeur, M. Perron, ne doute quant à lui absolument pas de la pertinence du choix de Wilfrid : les aspects budgétaires, d’accord, mais les aspects déontologiques aussi, l’ont rapidement séduit et convaincu de passer sous Linux ! Son seul regret, qui n’est en rien lié à la technique, est le manque de fréquentation de sa salle informatique, délaissée faute de personnes ressources pour l’animer. Quant à l’établissement scolaire de Marigny, il représente une illustration très pertinente de l’utilisation de l’informatique à l’école. Dans la salle informatique plus modeste, un grand papier accroché au-dessus des machines rappelle les points à valider pour l’obtention du B2I (Brevet Informatique et Internet, qui vise à apprendre aux élèves à se servir des outils informatiques de base, comme le traitement de texte, le navigateur, la messagerie, ...). De nombreux outils ont déjà été vus et validés, les élèves apprennent vite et se passionnent pour les logiciels qu’ils découvrent. Un système d’encadrement a été mis en place de manière très réussie, et les plus grands accompagnent les plus petits dans leur apprentissage. Ici, pas de « double boot » : c’est du Linux, et personne ne se pose de questions. « Les enfants sont là pour apprendre à se servir d’un navigateur ou à envoyer un mail. Ils remarquent bien que ce ne sont pas les mêmes outils que ceux de l’ordinateur familial, mais ça ne les perturbe absolument pas ! », nous explique la directrice de l’école. « Travailler sous Linux permet également aux élèves de se responsabiliser face à l’informatique, puisque chacun possède son mot de passe pour accéder à son espace de travail. La sécurité est entière, et personne n’a jamais perdu son mot de passe ! ».

Mais tout n’est pas toujours rose sur la planète Linux, et Wilfrid s’est parfois senti bien seul face aux sociétés informatiques qui vendent le matériel mais qui ne prennent guère de responsabilités sur le service aprèsvente. Enfin, les appréhensions légitimes des utilisateurs, souvent les plus âgés, sont des freins au déploiement. L’information et la formation sont donc essentielles pour garantir le succès d’un tel projet : un changement en douceur et une appropriation au quotidien ne pourront se faire que si les utilisateurs sont accompagnés. Des sessions commencent à voir le jour, avec un objectif très simple : une manipulation vaut le meilleur des discours !

UNE SOLUTION SIMPLE POUR INSTALLER MANDRAKE VERSION 9.2

Pour faciliter la migration des postes de travail sous Linux sans difficulté, Wilfrid a fait une compilation de logiciels adaptés à la version 9.2 de Mandrake. C’est un pack très fonctionnel, optimisé pour un usage pédagogique, qui installe automatiquement des logiciels proposées seulement en option sur la version originale. La liste est trop longue pour être citée dans sa totalité ici, mais elle témoigne brillamment de la richesse de l’offre logicielle libre : traitements de texte et tableurs, logiciels audio et vidéo, dictionnaires et traducteurs multi-langues, logiciels de solfège, de géographie, de dessin, d’astronomie, de sciences, jeux éducatifs, des documentations, etc.

Le tout à télécharger sur le serveur FTP d’EdRes74 : ftp://www.edres74.ac-grenoble.fr/pub/indispensables/mandrake/9.2/

POURQUOI LINUX NE CRAINT PAS LES VIRUS ?

Les virus se propagent essentiellement par le biais de la messagerie. Un mail, ainsi que les pièces qui lui sont jointes, sont des fichiers texte qui sont ensuite décodés par l’outil de messagerie. Certains outils de messagerie lancent directement la commande qui permet de décoder la pièce jointe sans même que vous n’ayez à cliquer sur l’intitulé. Si la pièce jointe contient un virus, celui-ci se propagera automatiquement dans le système.

Quelques bonnes raisons qui font de Linux un système incorruptible :

1. Linux ne lance jamais de programme automatiquement à partir de l’outil de messagerie. L’utilisateur doit auparavant cliquer sur la pièce jointe, et parfois même spécifier l’application qu’il souhaite utiliser.

2. Les virus ne peuvent pas attaquer des systèmes d’exploitation différents de celui pour lequel ils ont été créés : un virus Windows ne risque pas d’endommager un système Linux, et inversement. Et parce qu’il est le système d’exploitation le plus utilisé et le plus instable, c’est essentiellement Windows qui est la cible des attaques virales.

3. Un virus s’attaque essentiellement aux failles de sécurité d’un système. Linux est un système extrêmement fiable qui ne présente pas de failles, ou alors de manière très limitée : son code étant totalement ouvert, des milliers de personnes le vérifient continuellement et signalent d’éventuelles failles. Celles-ci sont alors réparées dans les heures qui suivent.

4. Si un virus fait pour Linux arrive malgré tout à pénétrer le système, les conséquences sont beaucoup moins graves. Sous Linux, l’utilisateur ne possède pas les droits d’administration, contrairement aux systèmes Windows qui sont très laxistes en matière de sécurité (même si Windows XP a fait de grands progrès à ce niveau). Sous Linux, seul l’environnement de l’utilisateur en question sera endommagé, mais le système ne sera pas corrompu. Par ailleurs, Linux est un système entièrement cloisonné et sécurisé : un virus peut à la rigueur pénétrer un niveau, mais il ne pourra jamais aller plus loin.

Pour exister, un virus doit pénétrer, se répliquer et se propager. Linux interdit les trois. Le risque d’être infecté existe, mais il est extrêmement faible et de toute façon limité. Les utilisateurs de Linux n’ont ainsi pas besoin d’antivirus.

POURQUOI WORD NE PEUT PAS LIRE OPENOFFICE.ORG ?

Tout simplement parce que les filtres nécessaires qui lui permettraient de lire des fichiers écrits avec Open-Office.org n’ont pas été créés ! Mais attention aux formats de fichier en général ! Les documents informatiques (textes, images fixes ou animées, sons) existent sous la forme de fichiers, qui ont chacun leur format propre, leurs caractéristiques propres, avec des avantages et des inconvénients, des limites et même des dangers. Les documents de type texte sont les plus fréquemment produits et rencontrés. Pour les produire, on utilise la plupart du temps un traitement de texte qui code les informations. Cependant, le codage de ces informations n’est pas connu si le traitement de texte que vous utilisez est un logiciel propriétaire. Les conséquences, vous les connaissez : si vous n’utilisez pas le même outil que la personne qui vous envoie le texte, vous ne pourrez pas le lire. Pire, si votre traitement de texte a changé de version, vous ne pourrez même plus lire les textes que vous aviez produits vous-même !

Il existe des formats communs, compréhensibles par tous les traitements de texte : le RTF en est un, mais il connaît ses limites dès lors que vous souhaitez imprimer le fichier. Le HTML est un format normalisé, qui peut être lu par n’importe quel ordinateur ayant un navigateur. Mais ce format a été conçu pour l’affichage sur l’écran, et non pour l’impression. Le PDF garantit un contenu non modifiable, une lecture presque universelle et une impression exacte. Mais il faut acheter le coûteux logiciel qui permet de l’éditer !

Des formats « idéaux » existent cependant : ils sont connus, échangeables et lisibles par tous, garantissant la mise en page de la version imprimée. De plus, ils permettent de générer d’autres formats comme le HTML, le RTF ou le PDF, sans autre saisie. Et surtout, ils relèvent des logiciels libres, ainsi que les outils nécessaires à leur création :

-  Le SGML (Standard Generalized Markup Language) C’est l’un des plus anciens. Il est extrêmement puissant, mais trop lourd à mettre en œuvre en pratique, sauf avec l’outil SGML Tools.

-  Le XML avec DTD libres Le XML (eXtensible Markup Language) est aussi un langage à balise puissant et de plus en plus utilisé. Il repose sur des déclarations de type de documents (DTD, Document Type Declaration). Vous créez vos balises (titredu-chapitre, citation, titrede-livre, etc) que vous définissez.

-  Le XML avec DTD DocBook Les balises sont celles de la DTD DocBook, qui est complète et de plus en plus utilisée.

-  TeX et LaTeX C’est l’un des plus anciens (presque 25 ans pour TeX !). Il est puissant, utilisé par le monde de l’édition, le plus aisé à mettre en œuvre des quatre. À partir de ces formats, il est possible d’obtenir les versions PostScript, HTML, PDF, RTF, ou TXT du document.

LES OUTILS POUR GÉNÉRER CES FORMATS :

Pour écrire en SGML, en XML libre, en DocBook, en TeX/LaTeX, voici des outils disponibles en logiciel libre, qui ont la faculté d’être multiplates-formes :

Les éditeurs de texte Que ce soit Vim, Emacs ou d’autres, ils permettent d’écrire assez facilement le document avec des modules d’aide performants pour chaque format, à condition de se pencher un peu sur les balises de chacun de ces formats.

LyX Tout se fait avec une interface graphique : vous surlignez, vous indiquez dans un menu qu’il s’agit d’un titre (ou autre) et c’est tout. Le balisage se fait sans avoir à le taper.

TeXmacs Particulièrement dédié aux écrits scientifiques, il existe aussi avec une interface graphique.

OpenOffice.org La suite bureautique complète et indispensable, qui propose traitement de texte, tableur, présentation, dessin, base de données, et qui permet de sauvegarder en XML ouvert et documenté.

Résumé de l’article « Formats de fichiers : attention danger ! » de Thierry Stœhr, AFUL. Copyright © 2002 Permission vous est donnée de distribuer et/ou de modifier cet article sous les termes de la licence GNU Free Documention License. http://www. fsf.org/licences/fdl.html

 ACTUALITÉ
 SITES RÉFÉRENCÉS
 IA74

 Inspection Académique de Haute-Savoie...

 GNUWin

 GNUWin est une compilation de logiciels libres pour Windows...

 EdRes 74

 Site de l’Education Nationale en Haute-Savoie...

Copyright © 2005 Centre de Ressources Informatiques de Haute-Savoie - webmaster@thematic74.fr
Site web entièrement basé sur SPIP, logiciel libre de gestion de contenu collaborative.