thematic
 ACCUEIL
 LISTE DE DIFFUSION
 MENTIONS LEGALES
 ARCHIVES / N°
CRI Pratique
 PRÉSENTATION
 CRI Pratique

 La publication "pratique/généraliste" du CITIC 74.

 CRI PRATIQUE

 Je n’arrive pas à accéder à Internet !
Éditorial


 Je n’arrive pas à accéder à Internet !
De ma machine au site web que je visite : comment ça marche ?


 Je n’arrive pas à accéder à Internet !
Pourquoi je n’accède pas au site web que je désire visiter ?


 Je n’arrive pas à accéder à Internet !
Conclusion


TÉLÉCHARGEABLE
(Format PDF - 562.7 ko)


CRI PRATIQUE > 2003 > N°5 Octobre 2003 >

"ERROR, the requested URL could not be retrieved...". Quoi de plus agaçant que ces messages d’erreur, qui vous signifient qu’il est impossible de consulter le site web que vous aviez décidé de visiter !

Internet couvre la totalité du globe, interconnectant des millions de réseaux plus modestes, des millions d’ordinateurs et d’équipements (c’est pour cette raison que les messages d’erreur générés automatiquement par les serveurs sont rédigés en anglais, langue la plus parlée au monde). Internet est donc le réseau sur lequel sont transportées des données (vos e-mails par exemple), ou sont "stockés" les sites (c’est le Web). Imaginez ce système comme un réseau fluvial : des petits ruisseaux (le réseau local de votre structure par exemple), qui se jettent dans des rivières (le réseau du CRI), qui se jettent dans des fleuves (le réseau de l’IN2P3, du CERN ou encore RENATER), qui, enfin, se jettent dans l’océan (Internet).

Lorsque vous effectuez une requête sur votre navigateur afin d’accéder à un site web, cette requête parcourt un itinéraire pour aller saisir le serveur qui héberge le site en question. Mais il arrive parfois que votre requête n’aboutisse pas ; ce CRI Pratique numéro 5 explique comment vous accédez à Internet, dresse une liste non exhaustive des principaux incidents qui peuvent gâcher votre navigation, et donne des solutions quand elles existent.

CRI PRATIQUE > 2003 > N°5 Octobre 2003 >

Le CRI est pour la plupart d’entre vous votre FAI : c’est grâce à lui que, depuis votre école, votre mairie ou votre office du tourisme, vous pouvez, entre autre, naviguer sur Internet (le CRI propose par ailleurs toute une palette de services, que vous pouvez (re)découvrir dans les CRI pratiques n°1 et n°3).

Les serveurs du CRI sont donc la première étape par laquelle vous passez lorsque vous voulez "surfer". En tapant l’URL http://www.unsite.com/, vous demandez à votre navigateur de soumettre une requête à un serveur du CRI, qui va à son tour interroger le serveur hébergeant le site web en empruntant un itinéraire particulier :

(JPEG)

Les données que vous rapatriez depuis un site web empruntent à leur tour cet itinéraire.

Généralement, les liens reliant les réseaux entre eux sont redondants : si l’un ne fonctionne plus, l’autre prend le relais, assurant ainsi la continuité du service.

Mais il arrive que des réseaux ne soient reliés que par un seul lien : c’est le cas pour le réseau du CRI et le réseau de l’IN2P3 (créer un second lien entre les deux structures a un coût que ni l’une ni l’autre ne pourraient supporter).

 DOCUMENT JOINT : CRI Pratique N°1 Avril 2003 (PDF - 280.8 ko)
Services & hot-line...
 DOCUMENT JOINT : CRI Pratique N°3 Juillet 2003 (PDF - 445.1 ko)
Quel Fournisseur d’Accès Internet choisir ?

CRI PRATIQUE > 2003 > N°5 Octobre 2003 >

VOTRE NAVIGATEUR EST MAL CONFIGURÉ

Message d’erreur fréquent :
"Vous ne pouvez pas naviguer sur Internet sans passer par notre proxy".

Pour une optimisation de ses services, le CRI n’autorise l’accès au web que par son serveur proxy.
Le terme "serveur proxy" (ou serveur de proximité, ou serveur mandataire) correspond au serveur qui est utilisé pour relayer les requêtes de plusieurs machines clientes.

(JPEG)

À quoi sert un Proxy ?

-  À accélérer le chargement pour les utilisateurs et optimiser la bande passante : grâce à un mécanisme de "cache", le proxy conserve temporairement les données rapatriées par les machines clientes à la suite de la requête. Seule la première machine qui accède à un document résidant sur un site web provoque son chargement à travers le réseau ; les autres machines qui accéderont par la suite aux même informations transféreront les données uniquement depuis le CRI. Une éventuelle saturation de la liaison entre le réseau du CRI et le réseau où les données consultées sont stockées n’aura alors aucune conséquence sur votre temps d’accès aux informations. La seule limitation sur la vitesse de rapatriement du document stocké sur le proxy est la vitesse de votre propre connexion. Bien entendu, avant de transmettre un document présent en cache, le proxy vérifie régulièrement que c’est bien la dernière version disponible du document. Si celle-ci a changé sur le serveur, il va recharger la page pour qu’elle soit à jour.

-  À filtrer des sites à caractère pornographique et contraires aux bonnes moeurs de manière générale : c’est grâce à la "concentration" des requêtes par une machine prévue à cet effet qu’il a été possible au CRI, suite à la demande de nombreux utilisateurs, de mettre en place un système filtrant empêchant l’accès aux nombreux sites web dont le contenu peut être considéré comme répréhensible. En effet, chaque requête effectuée par une machine connectée au CRI, passant par le proxy, peut être analysée afin d’être acceptée ou rejetée en fonction du site demandé. Grâce à l’utilisation d’une base de données (en provenance de l’Université de Toulouse) mise à jour fréquemment, et complétée par les techniciens du CRI grâce aux informations transmises par nos utilisateurs, des dizaines de milliers de sites web et de sous-sites peuvent être rendus inaccessibles. (Sachez que la requête bloquée est inscrite dans un fichier qui peut permettre de remonter à l’utilisateur en cause si une demande en est faite par la Police ou la Gendarmerie, en cas d’accès à des sites web interdits par la loi par exemple. Nous sommes en effet tenus légalement de pouvoir fournir ce genre d’informations en cas d’enquête par les services compétents.).

Si les avantages du proxy sont indéniables, il est cependant essentiel de régler correctement votre navigateur web, quel qu’il soit, pour qu’il reconnaisse le proxy. Vous trouverez à l’URL suivante toutes les explications nécessaires :
http://www.cri74.org/docs/proxy/index.html.

LA PANNE VIENT DU RÉSEAU

-  Vous avez une connexion RTC (ligne téléphonique classique) ou RNIS
Message d’erreur : "The following error was encountered : Connection failed. The system returned : (111) Connection refused."
Vous devez tout d’abord vérifier que votre connexion est opérationnelle, en essayant de vous connecter au serveur le plus proche de vous, en l’occurrence le site web du CRI (http://www.cri74.org/).

Vous ne pouvez pas accéder à cette URL ? Il y a sans doute un problème technique sur votre ligne (probablement une prise mal branchée). Réessayez plus tard, et pensez également à vérifier vos paramètres de connexion (le modem est-il bien configuré ? Les paramètres IP sont-ils corrects ?). Vous pouvez vous aider de la documentation en ligne sur le site web du CRI qui présente toutes les causes potentielles et vous donne toutes les explications pour paramétrer correctement votre connexion :
http://www.cri74.org/docs/index.html (rubrique "connectivité").

Vous pouvez accéder au site web du CRI, mais vous ne pouvez pas aller au-delà des serveurs du CRI ?

  • Vérifiez la configuration de votre proxy (voir plus haut), puisque vous êtes obligé de passer par lui pour "sortir" sur Internet.
  • Si le proxy est bien configuré, le problème se situe entre la sortie du CRI et Internet.

Les problèmes peuvent être multiples :

  • Les équipements gérés par le CRI sur son réseau local et qui transportent vos données jusqu’à la porte d’accès Internet sont défaillants. Ce cas de figure est exceptionnel, puisque ces équipements spécialisés sont très fiables, sécurisés au niveau électrique (onduleur), et redondants (si l’un tombe en panne, un second prend le relais).
  • Le lien CRI-CERN - IN2P3 est défaillant : des travaux perturbent la ligne, un des équipements en bout de ligne est en panne, etc. Il est probable que votre navigation soit en fait perturbée par des opérations de maintenance. Ces travaux sont en général programmés et annoncés. Vous accédez au site web du CRI, au site web de l’IN2P3 (http://www.in2p3.fr/), mais vous ne pouvez pas aller au-delà ?

C’est la liaison IN2P3 - RENATER qui est perturbée. Votre requête s’arrête aux serveurs de l’IN2P3 mais ne peut aller plus loin. Le site web de l’IN2P3 propose également un état du réseau : vous pourrez y trouver l’explication de cette coupure, ainsi que le programme des travaux susceptibles de perturber votre navigation.

Le CRI ne maîtrise que le segment qui le concerne : la porte d’entrée et la porte de sortie. En amont (la ligne entre vous et le CRI) et en aval (la ligne entre le CRI et l’IN2P3 par exemple), le CRI n’a aucun moyen d’intervenir. Il ne peut que vous informer de l’incident (mais encore faut-il que les gestionnaires de ces autres segments soient en mesure de lui expliquer ce qui se passe).
Une page du site web du CRI est entièrement consacrée à "l’état du réseau" : http://www.cri74.org/reseau/. Vous y trouverez également un schéma complet représentant le réseau du CRI et ses interconnexions.

-  Vous avez une connexion ADSL ?

Vous avez obligatoirement un autre FAI que le CRI. C’est donc aux serveurs de ce FAI que vous envoyez vos requêtes, et c’est lui qui est concerné en cas de problème.

Cependant, vous utilisez peut-être un PingOO IGWan, qui a été développé par le CRI pour tous ses utilisateurs ayant accès à l’ADSL. Grâce à ce PingOO, vous utilisez un lien « virtuel » (le VPN) vous faisant transiter par le CRI pour accéder à ses services. Parallèlement, c’est votre connexion ADSL vous reliant "physiquement" à votre FAI qui vous permet de sortir sur Internet. Vous n’utilisez donc pas la porte de sortie du CRI, ni le réseau de l’IN2P3/CERN, mais bien le réseau de votre FAI.

Ce lien qui vous relie "virtuellement" au CRI via PingOO IGWan vous garantit une sécurité sans faille que vous devez à tout prix privilégier dès lors que vous utilisez l’ADSL : c’est lui qui vous permet de vous immuniser contre les tentatives d’intrusion et autres actes de piratages
(http://www.pingoo.org/).

LA PANNE VIENT DU SERVEUR WEB CONTACTÉ

-  Votre requête a pu franchir sans encombre toutes les étapes précédemment décrites. Mais si le serveur qui héberge le site web demandé est défaillant, en maintenance ou saturé, alors vous recevrez un message d’erreur de type :
"connection timeout", ou "connection refused", ou "no route to host".

-  Un site web dépend également d’autres systèmes qui peuvent être à l’origine de l’échec de votre requête. Le DNS (domain name system), par exemple, est ce service qui assure la conversion des noms de domaine en adresse IP. Ce service est essentiel : il permet de "personnaliser" les URL sous la forme http://www.unsite.org, alors que ce site est en fait "enregistré" sur le serveur DNS sous son adresse IP (par exemple, la "véritable" adresse du site web du CRI est 195.202.0.8). Si le serveur supportent le DNS est défaillant, alors l’adresse IP du site est momentanément inaccessible, et donc le site ne peut être trouvé. Voici le message d’erreur type :
"While trying to retrieve the URL : http://www/unsite.org/ The following error was encountered : Unable to determine IP address from host name for www. The dnsserver returned : Name Error : the domain name does not exist."

DANS TOUS LES CAS, IL N’Y RIEN À FAIRE, SI CE N’EST ATTENDRE QUE LA PANNE SOIT RÉPARÉE.

CRI PRATIQUE > 2003 > N°5 Octobre 2003 >

Le CRI se porte garant de la qualité du réseau qu’il gère. Mais Internet, par définition, est une suite d’interconnexions où chaque réseau dépend d’un autre. Si les pannes sont fréquentes sur Internet, la plupart des liens sont sécurisés et il n’y a donc pas d’effet pour l’internaute. Mais dans certains cas (la liaison CRI/IN2P3), une absence de lien redondant peut être préjudiciable. Cependant, les opérateurs de transport qui louent ces infrastructures garantissent sécurité et rétablissement rapide (4 heures de délai maximum garanties par France Télécom sur les liaisons louées, par exemple). De plus, les équipements de l’IN2P3 sont aussi fiables que ceux du CRI, ce qui assure des statistiques de fonctionnement très élevées.Pour résumer, en cas de message d’erreur de votre navigateur, voici la procédure à suivre :

  1. Vérifier que votre ligne est opérationnelle, en essayant de vous connecter au site web du CRI.
  2. Vérifier vos paramètres de configuration en vous aidant de la documentation détaillée fournie par le CRI.
  3. Consultez l’état du réseau sur le site du CRI.
  4. Et n’oubliez pas de vérifiez l’orthographe de l’URL que vous avez tapée : une lettre de plus ou de moins, et vous ne pourrez pas accéder au site web !

Enfin, si les problèmes persistent, n’hésitez pas à contacter votre hot line qui vous aidera à trouver la solution ! (Pour connaître votre interlocuteur qui diffère selon la nature de votre structure, consultez le CRI Pratique n°1).

 DOCUMENT JOINT : CRI Pratique N°1 Avril 2003 (PDF - 280.8 ko)
Services & hot-line...

 ACTUALITÉ
 SITES RÉFÉRENCÉS
 Point-Libre

 Espace public numérique, ayant vocation à être un centre de ressources sur les logiciels libres à destination du grand public, des administrations et des professionnels...

 PingOO

 PingOO est un ensemble de solutions logicielles libres, basé sur une distribution Debian. Il est destiné à toutes les structures qui, sans avoir les compétences nécessaires en interne, souhaitent profiter simplement et pleinement d’Internet et des TIC...

 Spamihilator

 Filtre anti-spam, outil gratuit, multi-langues (dont français), sous licence GPL...

Copyright © 2005 Centre de Ressources Informatiques de Haute-Savoie - webmaster@thematic74.fr
Site web entièrement basé sur SPIP, logiciel libre de gestion de contenu collaborative.